http://www.alternatifs.org/

La justice sociale, un nouveau modèle de développement, l'autogestion, autant de raisons de s'engager pour faire du neuf. Etre un mouvement politique de gauche et écologiste, qui refuse le caractère inéluctable des injustices et des oppressions, qui défend une politique basée sur le partage des richesses, le respect de l'environnement, une démocratie active, et dont l'existence ne tient pas seulement aux alliances électorales, voilà ce que veulent les Alternatifs. Insérés dans les mouvements sociaux et dans les réseaux associatifs, nous avons choisi de faire de la politique. Ecologistes sans fil à la patte, autogestionnaires sans oeillères sectaires, notre carte de visite : rouges et verts, pour les solidarités, l'écologie, l'autogestion.


http://france.attac.org
ATTAC est née en France en 1998 mais existe aujourd'hui dans une trentaine de pays où se sont constituées des organisations à part entière créées elles aussi selon les réalités locales du mouvement social et de la société. Taxe Tobin, annulation de la dette des pays du Sud et de l'Est, combattre l'existence des paradis fiscaux en Europe et dans le monde et l'emprise des multinationales, la marchandisation de la santé, de l'éducation, de l'ensemble des services publics, le brevetage du vivant, la pensée unique néo-libérale, l'uniformisation de la culture, la financiarisation du monde, etc. sont autant de points où, avec d'autres partenaires, nous travaillons.

Il s'agit donc de nous réapproprier ensemble l'avenir de notre monde. Et il n'est pas difficile de participer. Il suffit de contacter l'un des 250 groupes locaux en France ou de venir voir par vous-même lors des différentes initiatives organisées partout en France dans le mois. Vous pouvez bien entendu d'ores et déjà imprimer et nous renvoyer votre bulletin d'adhésion. Mais participer c'est aussi prendre connaissance des informations: des milliers de documents sont ici à votre entière disposition.

Ce site Internet n'a pas la vocation d'être une "vitrine" de l'association, mais bien un centre de ressources et d'information, un outil de travail mis à la disposition de toutes et de tous. Il a évolué et s'est modifié grâce à l'apport et aux suggestions de tous les utilisateurs. Une centaine de personnes s'occupent directement de l'aspect technique localement, nationalement ou pour des groupes de travail particulier. Les milliers de documents accessibles sont le fruit de l'expertise bien entendu d'ATTAC en tant que telle et de son Conseil scientifique, mais aussi d'autres organisations, de groupes thématiques et de groupes locaux, d'experts, d'universitaires et de chercheurs en leur nom propre.

Chaque jour des centaines de bénévoles participent à la construction de cet outil de communication à des niveaux divers et selon leur temps de disponible. 500 traducteurs bénévoles par exemple nous aident à pouvoir profiter des expertises dans d'autres langues que le français ou à vous proposer les documents de notre site en un peu plus de 15 langues.


http://www.europe-des-consciences.com/accueil.html

En ces temps difficiles où le Monde semble avoir perdu la tête, le mouvement de l'Europe des Consciences appelle toutes celles et ceux qui croient en une autre façon de vivre, à se manifester en unissant leur voix pour déclarer à l'Europe et au Monde les valeurs spirituelles, écologiques, et de solidarité sur lesquelles leur vie quotidienne est basée. Le principe de l'Europe des Consciences est simple :
une Charte énonce clairement les valeurs que nous soutenons, et souhaiterions voir s'incarner davantage dans le monde dans lequel nous vivons. Si votre coeur bat au même rythme que ces mots, nous vous invitons à rejoindre le mouvement de l'Europe des Consciences, afin que demain, le monde dont nous rêvons devienne réalité, PACIFIQUEMENT ET ACTIVEMENT...


http://www.politiquedevie.net
Promesses : La défense des libertés individuelles - libertés de conscience, liberté thérapeutiques, liberté d'association et d'expression... la séparation des mafias et de la politique. Objectifs politiques actuels : Une loi de séparation stricte de l'Etat - en particulier les institutions judiciaires - et de la Franc-Maçonnerie (comme en Italie), pour redonner aux citoyens, à la démocratie et aux institutions de la République leurs souverainetés légitimes. La constitution d'une Mission Interministérielle aux Droits des Minorités Spirituelles et Thérapeutiques, en remplacement de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes. La création d'un fonds d'indemnisation des victimes de l'inquisition d'Etat (chasse aux sectes et aux médecines non-conventionnelles). Le soutien des combats anti-mafia. Philosophie : La politique est un moyen de guérison de la conscience, vers l'éveil et la réharmonisation de l'homme avec lui-même et son environnement. Indépendants des partis et clivages traditionnels et de toute autre organisation, Politique de Vie rassemble tous ceux qui veulent créer un monde plus juste fondé sur des valeurs d'amour et de respect entre les hommes et la planète, au-delà de la peur et de la violence.
Journal partenaire MOTUS : http://www.motus.ch/


http://chiche.ouvaton.org/ - http://chicheweb.org

Qui sommes nous ? Si tu veux changer le monde, bienvenue sur ces pages. Parce que nous voulons tout et tout de suite, nous avons décidé de nous regrouper : féministes, de gauche, écologistes, alternatifs, libertaires, antifascistes, pacifistes et non violents, régionalistes, nous pratiquons la révolution lente, sommes pour le droit au travail et à la paresse, pour l'épanouissement de nos sexualités variées et multiples, pour le droit de vote des résidents étrangers et contre les politiques de drogues répressives.
Que voulons nous ? Une Révolution ! Oui, mais nous la voulons festive et non violente. C'est pour cela que nous parlons de révolution lente. Nous voulons construire une société écologique et autogestionnaire autour de comité de quartiers, de conseils de travailleurs dans les boites, de communes et de pays fédérés librement.
Quels sont nos moyens ? Comme toute association ou groupe politique Chiche ! organise des manifs, tire des tracts, fait tourner des pétitions, vend des journaux. Mais on en reste pas là. On monte des fêtes de rue, organise des débats de bar, des manifs à vélo, de nouvelles façons de discuter et de se faire entendre. On fait la fête aussi ! car si nous voulons transformer le monde, nous voulons aussi colorer la vie !

http://infosuds.free.fr/
Ceux qui ont voté Chirac ont compris ce 5 mai, de quelle escroquerie ils avaient été les victimes. " L'Union Sacrée" (dont l'origine du terme vient de l'union qu'il y eut autour de la guerre de 14 entre gauche et droite) s'est bien faite pour sauver la classe politique corrompue. Désormais la surenchère sécuritaire ne connait plus de limites.
La Loi sur la Sécurité Quotidienne, votée par le précédent gouvernement après le 11 septembre, de même que les mesures dites "antiterroristes", contiennent déjà tout l'arsenal répressif, dont les effets se font déjà sentir depuis de nombreux mois, à travers les pratiques policières et judiciaires. Déjà un peu partout, les flics "se lachent", se sachant dans ce climat, dans une totale impunité. Le consensus sécuritaire du 11 septembre vient renforcer ce climat totalitariste. La dictature mondiale avance.
La seule insécurité que nous connaissons c'est l'insécurité sociale, qui peut nous faire plonger du jour au lendemain, dans la misère, l'absence de revenus, de logements.
C'est l'insécurité créé par les harcèlements policiers, c'est l'insécurité sanitaire ou écologique comme à Toulouse, qui sacrifie nos santé ou nos vies sur l'autel du profit. Nous vous apellons à ne pas accepter la récupération politique des partis de la "gauche plurielle", qui aujourd'hui veulent se refaire une vitrine de "gauche" après avoir été les champions de l'ultra libéralisme, en liquidant nos acquis sociaux, en stigmatisant et en réprimant la jeunesse, les mouvements sociaux, de chômeurs et précaires, les salariés en lutte contre les licenciements, en menant la guerre contre les peuples à travers les bombardements en Afghanistan ou la répression dans les colonies. Nous ne voulons plus de ces défenseurs du libéralisme et de la mondialisation capitaliste, qui sacrifient nos vies, pour les bénéfices des actionnaires.
Nous vous appelons tous et toutes, dans vos lycées et quartiers, dans les boîtes, les ANPE, à rester mobilisés contre le racisme, le fascisme et le délire sécuritaire, à vous auto organiser, à rester solidaires contre la répression, et à organiser le mouvement social capable de s'opposer aux menées du patronat et des parrains de la classe politique. Le 4ème tour social reste la seule alternative pour non seulement renvoyer le FHaine et son programme dans les poubelles de l'histoire, mais aussi pour construire cet "autre monde" dans lequel racisme, exploitation, misère et précarité ne seraient plus qu'un sale souvenir. Restons groupés.


http://www.globenet.org/survie/
Survie est une campagne de citoyens, inspirée par le Manifeste-appel de 126 Prix Nobel contre la faim et pour le développement (1981). En plusieurs pays d'Europe, et notamment en France, des citoyens ont fait leur le message central de cet appel : la faim et la misère ne sont pas des fatalités ; pour y mettre un terme, il ne suffit pas de la générosité individuelle, ou d'actions humanitaires ponctuelles, il faut mobiliser les moyens de l'action collective, c'est-à-dire prendre des décisions politiques - voter les lois et les budgets indispensables, instituer des dispositifs efficaces, contrôler rigoureusement les résultats. Bref, "donner valeur de loi au devoir de sauver les vivants".
En démocratie, l'opinion publique et la conviction des citoyens sont déterminants (s'ils ne le sont plus, c'est que la démocratie, bien malade, requiert plus que jamais un travail de conviction, voire de résistance civique, face à la raison d'Etat ou à la dictature de l'Audimat). Pendant plus de 10 ans, la campagne Survie en France a sensibilisé et motivé de nombreux publics (élus ; personnalités morales, religieuses, scientifiques, culturelles, sportives,... ; journalistes ; experts et responsables d'ONG ; mi-litants associatifs et simples citoyens) sur la perspective d'une "loi pour la survie et pour le développement"des populations les plus défavorisées. Rédigée en 1989 par 5 députés, elle avait, en 1994, recueilli la signature de près des 3/4 de l'Assemblée nationale (voir ci-après : Objectif initial).
Mais sa mise à l'ordre du jour se heurtait aux mécanismes invétérés de détournement des quelque 45 milliards de Francs (en 1995) de l'Aide publique au développement. Ces mécanismes, conçus au début des années soixante lors de la transition post-coloniale, ont mené la politique franco-africaine à un stade de décomposition avancée : on a vu en 1994, au Rwanda et au Soudan, quelles abominations elle pouvait encourager. Il était impossible de prôner le "devoir de sauver les vivants" sans demander en même temps que la France cesse de financer des pouvoirs assassins, voire génocidaires - avec, souvent, l'argent de l'"aide publique"... ; il était impossible d'inviter à une politique de coopération plus crédible sans assainir le terrain complètement miné des relations franco-africaines. Depuis la mi-94, Survie a donc ajouté à son objectif initial celui de "ramener à la raison la politique africaine de la France" - une politique qui, échappant à tout contrôle, est devenue tout à fait ubuesque (voir : Deuxième objectif).
Les tenants de cette politique - qui couvre des intérêts considérables, et se nourrit de conceptions débiles de l'influence française - ont besoin d'en masquer la scandale. Quand celui-ci va jusqu'au génocide, il convient de nier, non seulement les complicités dans la préparation et l'exécution des crimes contre l'humanité, mais, dans un premier temps, leur existence même. Si cela ne devient plus possible, il convient de banaliser le génocide, en le noyant parmi une série de massacres - dont la généralisation permettrait de désigner des populations barbares, ou vouées à la barbarie : il n'y aurait plus, ainsi, de génocide au sud de la Méditerranée. Cet affaissement du discours rencontre des connivences jusqu'en certains milieux humanitaires et religieux. Il envoie aux oubliettes de l'histoire tous ceux qui ont donné leur vie pour que le langage politique (celui du "vivre ensemble") soit préféré aux délires ethniques. Ce péril négationniste ou révisionniste est suffisamment grave pour que Survie ait décidé, en 1995, d'inscrire dans ses statuts la lutte contre la banalisation du génocide (voir : Troisième objectif). Nous pensons, en cette évolution, être fidèles à l'intuition fondatrice et unificatrice de notre campagne de citoyens : "Donner valeur de loi au devoir de sauver les vivants". La loi comme acte politique, étayant la générosité et sanctionnant l'irresponsabilité.


http://www.transnationale.org/asso.htm
Transnationale.org fournit des informations complètes sur les grandes entreprises, notamment le périmètre d'activité commercial et géographique, les conditions de travail et de respect de l'environnement, l'influence sur les processus de décision institutionnels, les dirigeants et administrateurs, la politique globale en matière d'emploi et de contribution à l'impôt, les violations des droits de l'homme et les crimes financiers.
Transnationale.org est publié par l'observatoire des transnationales, association française loi 1901 créée à Martigues par Régis Castellani en octobre 1999.
Nos sources sont les rapports annuels des entreprises, les bases de données économiques, les articles de presse et les rapports des organisations non gouvernementales. Les sources sont citées sur les profils d'entreprises, un lien est créé lorsqu'elles sont disponibles en ligne.
L'observatoire des transnationales est financé à 100% par les contributions de ses adhérents. Une cotisation annuelle de 30 euros est demandée comme forme de participation à notre effort de recherche et d'action. Pour préserver une indépendance absolue, nous refusons toute subvention publique ou privée.
adhérer.
Chaque mois, transnationale.org est consulté par plus de 200 000 visiteurs et affiche environ 2 500 000 pages. Un bulletin d'information est envoyé à plus de 10000 abonnés.

"L'exploitation du pauvre peut être supprimée, non en faisant disparaître les quelques millionnaires, mais en faisant disparaître l'ignorance du pauvre et en lui enseignant à ne pas collaborer avec ceux qui l'exploitent. Cela convertira ces exploiteurs également." Mohandas K. Gandhi, Haryan, 28 juillet 1940
L'observatoire des transnationales B.P. 96 13693 Martigues FRANCE


http://www.etatsgeneraux.org/
Définir ensemble des politiques, interroger les stratégies et les méthodes, redéfinir les partenariats…en un mot réinventer le politique, en pleine transparence et association avec des dizaines, des centaines de partenaires de la "société civile" : associations, syndicats, intellectuels…tel est le grand pari de ces EGEP ! Cela nécessitera l'implication de tous les citoyens actifs et responsables, beaucoup d'énergie mais aussi une capacité à ouvrir des voies nouvelles, des sentiers inexplorés.
Les EGEP se sont dotés d'un comité de pilotage d'une quarantaine de personnes composé pour moitié de non-adhérents verts.
Sept chantiers ont été définis correspondant aux 7 tables rondes des "six heures de l'écologie politique". Chaque chantier se décline en une dizaine de problématiques traitées au sein de "Comités Thématiques".
Ces groupes composés de Verts et de partenaires coordonnent la réflexion sur les propositions et les nouvelles formes de dialogue possibles. Les travaux de ces groupes sont ouverts à tous ceux qui souhaitent y participer.
Pour permettre cette ouverture, le potentiel d'Internet est exploité. et des forums, temps de rencontres et d'échanges, sont également organisés dans toute la france par tous ceux qui souhaitent entrprendre l'initiative. L'enjeu est majeur : démontrer qu'on peut inventer un projet global de société alternatif à la social-démocratie et au libéralisme, et, qui plus est, le faire en inventant de nouvelles pratiques.

http://www.legraindesable.com/
Ce site s'adresse à tous ceux qui, déplorant la surinformation quotidienne, pensent qu'une information sérieuse peut se dégager de l'actualité.
La qualité visuelle et la rapidité de l'information s'améliore, mais le contenu s'appauvrit, se désintègre dans l'éphémère, dans l'émotion pure, dans l'illusion et l'artificiel. Ainsi les médias en grossissant ou passant sous silence certains faits, transforment cet exercice en désinformation.
Dans chaque région, il existe un seul quotidien tout puissant qui monopolise l'information. Cette uniformisation de l'information nationale vient du poids de plus en plus déterminant des agences de presse. Cinq grandes agences mondiales Agence France-Presse, Associated Press et United Press (américaines), Reuter (britannique) et ITAR-TASS ( Fédération de Russie et CEI) concentrent une masse considérable d'informations distribuées indistinctement aux journaux écrits, parlés et télévisés. Encore faut-il qu'ils paient un abonnement et de nombreux journaux français, par souci d'économies, se contentent d'être servis par une ou deux agences. Une grande partie de la presse travaille à partir de la même "matière première". Toutes les radios et les chaînes de télé diffusent la même information au même moment. Seule la forme change. Bien sur, je n'ai pas la prétention d'être objectif. D'ailleurs, je n'y crois guère à la prétendue objectivité de certaines revues. Même les petites revues (non-conformistes, alternatives, underground, libertaires, parallèles, politiquement incorrectes etc...) contrôlées par des citoyens et non par des entreprises, ne peuvent l'être, mais c'est souvent elles qui diffusent des textes les plus pertinents.
J'espère que ce site fera réfléchir quelques personnes. Je ne cherche surtout pas à convaincre mais plutôt à faire appel au sens critique. Il est vrai que je ne suis qu'un grain de sable dans ce monde médiatique. Mais un grain de sable peut enrayer un mécanisme

http://www.bonnes-nouvelles.org
Lorsqu'un conflit éclate, on se dit qu'on aurait dû agir avant qu'il ne soit trop tard.
Pourtant, au niveau international, national ou local, des personnes mènent des actions pour empêcher le germe de la violence ou de la guerre de se développer.
C'est ce que nous appelons des bonnes nouvelles pour la paix
et les droits des humains