La Tchetchenie.......Les partis politiques...... L'Europe......Ce qu'ils en pensent......

La guerre en Tchétchénie est un cancer pour l’Europe. Parce que c’est une catastrophe humanitaire qui se répète depuis dix ans et a entraîné la mort de plus de deux cent mille habitants sur le million que comptait cette petite république. Parce qu’elle ressort de la responsabilité d’un pays, la Russie, qui entretient des relations économiques et diplomatiques suivies avec l’Union européenne, dont elle est sensée partager les valeurs, et avec laquelle elle a d’ailleurs signé de nombreux traités internationaux. Aider la Tchétchénie, la Russie, à sortir de cette crise, c’est donc, aussi, aider l’Europe à se porter mieux, à se conformer à ses principes fondateurs. Le Parlement européen a d’ailleurs adopté le 26 février dernier une Recommandation à l’intention du Conseil européen sur les relations entre l’UE et la Russie, par laquelle il insiste sur la nécessité d’influer activement sur la Russie pour obtenir l’arrêt des exactions que celle-ci commet en Tchétchénie ;

- d’inciter à l’ouverture d’un véritable dialogue ; - d’utiliser pour parvenir à ces objectifs toutes mesures dont dispose l’UE ; - d’examiner le plan de paix présenté par le gouvernement Maskhadov qui propose une administration provisoire des Nations-Unies

Acceptez-vous de vous engager à faire en sorte que les décisions prises par l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe soient discutées et promues au sein de votre parti, afin que celui-ci s’engage publiquement et par des mesures concrètes en faveur d’un règlement négocié du conflit ? Acceptez-vous l’idée de recourir aux moyens politiques et juridiques dont disposent l’Union Européenne pour contraindre la Russie aux respects de ses obligations en matière de droit de l’Homme ? Quelle est votre position concernant l’accueil des réfugiés en provenance de Tchétchénie demandant l’asile en France et plus spécifiquement sur les accords de Dublin 2 entraînant la fermeture du territoire français aux réfugiés de cette région ravagée par la guerre ? En tant que candidat / futur élu au Parlement européen, nous vous demandons : - de vous déterminer clairement sur la question des rapports qu’entretient l’UE avec la Fédération de Russie ; - de dénoncer sans équivoque les violations massives des Droits de l’Homme commises par cette dernière ; - d’agir concrètement pour obtenir la création d’un intergroupe officiel sur la Tchétchénie au Parlement européen ; - de vous engager à prolonger les initiatives déjà entamées par cent quarante cinq députés européens de tous pays de l’Union en soutenant par votre signature et celle de vos collègues et amis le plan de paix du gouvernement Maskhadov (que vous pouvez lire intégralement et signer sur le site www.chechnya-mfa.info) ; - de plaider pour que les Tchétchènes qui fuient leur pays bénéficient du droit d’asile dans les meilleures conditions en Europe. Dans l’attente de prendre connaissance de vos positions à ce sujet

Comité-tchétchénie Paris

le PS

Les socialistes ont de tous temps dénoncé les exactions commises par l¹armée russe en Tchétchénie. Ils considèrent que cette question ne peut être réglée par la force mais en respectant les libertés individuelles et les règles démocratiques ainsi que le principe du droit des peuples à disposer d¹eux-mêmes. Sans nier les risques de dérive terroriste ils ont toujours dénoncé le blanc-seing délivré par les Américains aux Russes afin de régler la question tchètchène par la force. Comme en Irak avec les Américains, ils considèrent que l¹action menée par les Russes en Tchcétchénie ne peut que contribuer à renforcer les mouvements terroristes et donc à affaiblir les conditions de sécurité. Le renforcement de l¹Union européenne, qui doit résulter de son élargissement, de l¹adoption d¹une nouvelle constitution et du développement de la politique étrangère et de sécurité commune, doit nous conduire à mettre en place un partenariat équilibré entre la Russie et l¹Union européenne. C¹est dans le cadre de ce partenariat que la question des droits de l¹homme en Tchétchénie doit être envisagée sereinement mais sans faiblesse avec la Russie et ce afin de renforcer la stabilité dans la zone euro-asiatique. Dans ce cadre les candidats socialistes ont toujours appuyé les recommandations votées par le Parlement européen et par l¹assemblée parlementaire du conseil de l¹Europe. Ils encouragent donc toute initiative visant à rétablir le dialogue et engager des négociations afin de mettre en place un plan de paix dans la région comme le projet Mashkhadov y incite.

 

l'UMP

Nous ne pouvons pas rester en effet indifférents à ce conflit, qui frappe en premier lieu les civils. C'est pourquoi la France exprime, tant dans les enceintes multilatérales que dans son dialogue politique avec les autorités russes, ses préoccupations concernant la situation humanitaire et des droits de l'homme en Tchétchénie, et rappelle à chaque occasion l'obligation de la Fédération de Russie de respecter tous ses engagements en regard du droit international humanitaire. Régulièrement, l'Union européenne réitère ses demandes et ses exigences : elle demandé aux autorités russes que la communauté internationale soit autorisée à se rendre en Tchétchénie et a rappelé le nécessaire respect des droits de l'homme et des obligations de la Russie en matière de droit international humanitaire. L'Union européenne effectue également une série de démarches dans le même sens auprès des autorités russes, afin que la Fédération de Russie agisse en conformité avec les principes correspondants du droit international, en particulier s'agissant du retour des personnes déplacées. Soucieux du respect des Droits de l’Homme et du drame vécu par les populations sur place en Tchétchénie, c’est autour de l’idée de l’importance d’apporter une solution et un soutien urgent aux populations civiles vivant en Tchétchénie que les députés UMP élus le 13 juin travailleront au Parlement européen .

 

Les VERTS

 

 

Le parti des Verts a, à plusieurs reprises, dénoncé l’occupation de la Tchétchénie par les forces russes. Les Verts ne considèrent pas les Tchétchènes comme des terroristes mais comme un peuple qui lutte pour sa liberté.

 

Tous nos députés Européens, y compris le candidat Jean-Luc Bennahmias, voudraient pouvoir faire d’avantage que de simples déclarations.

 

Jean-luc Bennahmias et les autres candidats Verts à l’élection du Parlement Européen sont d’accord, non pas pour créer un inter-groupe au Parlement Européen uniquement sur la Tchétchénie, mais pour l’ensemble des peuples subissant un joug et une guerre d’extermination.

 

Les Verts défendent une politique étrangère commune aux pays européens qui ne repose pas sur les questions d’intérêts économiques mais sur l’application des textes concrets du Droits Humain

 

Sensibles aux problèmes que soulève la Tchétchénie, les Verts ont essayé, durant la campagne, de faire venir un représentant tchétchène qui n’a pu se déplacer faute d’autorisation.

Néanmoins et malgré tous ces écueils, les Verts continuent à dénoncer, comme l’a fait ces derniers jours Hélène Flautre ,députée sortante et à nouveau candidate, les massacres en Tchétchénie.

Ils démultiplieront les actions pour que les Tchétchènes puissent s’exprimer comme l’a fait récemment Daniel Cohn-Bendit, qui a reçu Oumar Khanbiev et Roman Khalilov pour la présentation du plan de paix Akhmadov, et dans lequel, l’ensemble des Verts européens défend une protection onusienne de la Tchétchénie.

 

Vous trouverez ci-après les informations concernant le travail du parti des Verts sur la globalité des problèmes que rencontre ce pays.

 

Nous vous prions d’agréer, l’expression de nos salutations distinguées et renouvelons notre soutien à la cause tchétchènes.

                                                                                    Les Verts pour la campagne européenne

 

                                                                       

ANNEXE

 

Les Verts français ont précisé leur volonté sur le rôle de l’ONU par un vote du CNIR en Février 2000 (voir http://www.lesverts.fr/article.php3?id_article=644  ) pour que l’ONU en fasse une zone de sécurité avec un mandat clair de protection des personnes.

 

Notre dernière prise de position était un communiqué de presse concernant la famille Khanbiev (voir  http://www.lesverts.fr/article.php3?id_article=1309 ) .

 

Vous pouvez, en général, connaître les positions des Verts français en regardant leur site (http://www.les-verts.org) et en tapant le mot « Tchétchénie » dans la fenêtre de recherche.

 

Le belge, Bart Staes,  parlementaire européen (PE) Vert, responsable de la délégation Europe-Russie au PE est très actif. Voici un article à son sujet.

 

EU Playing Political Games in Chechnya

 

Bart Staes, President of the Cooperation Committee for the European Parliament (EP), the European Union (EU) and Russia, has urged Russia to sit down for talks with Chechen fighters. Staes, a member of the EP's Belgian Green party, said that he was allowed to visit Chechnya only once as Committee President and criticized EU leaders severely due to their indifference.

 

After Chechnyan President Ahmet Kadirov, was killed last week, Staes told Zaman that the assassination proves stability has not yet been reached in Chechnya. He said 'it was very sad that Kadirov was killed, but the assassination once more showed us that 10 or 15 Russian soldiers and four or five freedom fighters are killed everyday in Chechnya.' Staes called the Chechnya incident a 'forgotten war.'

 

Closely following the developments in Chechnya, Staes said he has been following the developments in Chechnya closely and stressed that the peace plan can only be realized if all the sides sit for talks. He said: "Putin should now understand that this problem cannot be solved without all sides coming together. Chechnya's latest President Mashadov should have had a seat at the table. Kadirov was not selected legally, the election was rigged."

 

Staes criticized EU leaders, describing their indifference to incidents in Chechnya as 'a big shame for the EU' and Italian Prime Minister Berlusconi. Staes said the European Parliament and the Commission has done everything they can for Chechnya. He talked about the E.U. Council where decisions are made and leaders gather, saying 'we have serious problems there. Decisions are made at the Council concerning Chechens but joking around and stupid power games are played.' Staes said it was a big shame for Berlusconi since he was guarantor for Putin when he was EU term president and noted that Brussels has failed in this task.

 

14.05.2004 – Selcuk Gultasli – Brussels

{ http ://www.zaman.com/?bl=international&alt=&hn=8548 }

 

De même, Françoise Duthu, parlemntaire euopéenne depuis peu et pour quelques mois seulement, a fait de la Tchétchénie sa priorité durant son court mandat.

Ella a organisé des auditions et posé des questions au Conseil Européen dont la

 

 QUESTION PRIORITAIRE ECRITE - posée par Marie-Françoise Duthu (Verts/ALE) au Conseil (29 février 2004) Objet : Plan de paix – conflit russo-tchétchène

(voir http://www.ecologie-citoyenne.org/docs/initiatives/question-ecrite-prioritaire-fevrier-04.pdf )

 

Vous trouverez également sur ce sujet une oreille très attentive de la part de notre secrétaire national, Gilles Lemaire.

C’est ainsi que « Les Verts ont appelé à manifester contre Bush et Poutine »

 

Voir le COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 4 JUIN 2004

sur http://www.lesverts.fr/article.php3?id_article=1450

 

 

Le Parti Vert Européen

 récemment créé en tant que Parti transeuropéen a émis la déclaration suivante lors de sa constitution 

 

 

« Calling for the EU-Russia summit to address the issue of Chechnya »

 

02/22/2004

 

« A.) The European Green Party calls on the Irish Government to use the opportunity of the EU Russia summit, which takes place during the Irish Presidency, to address the ongoing problems in Chechnya including the gross human rights abuses being perpetrated there.

 

B.) Considers it unacceptable that the matter of Chechnya has been relegated to an internal, domestic matter and calls on the Irish Presidency to prioritise this ongoing conflict as an EU concern.

 

B. bis (new) Deplores the attitude of the previous Italian EU president-in-office Berlusconi who tried to defend at the November EU-Russia summit the action of Russia towards Chechnya; stresses that any future development of EU Russia partnership must be linked to a clear commitment by Putin to find a political solution to the conflict paving the way for a negotiation process with all the components of the Chechnyan society with the involvement of the international community; 

 

C.) Accepts that both sides to the conflict commit atrocities, but assert that it is of paramount importance that the EU confronts Russian policy on Chechnya.

 

D.) Considers that an EU that shies away from insisting that Russia end the blatant impunity for the most serious human rights violations and breaches of international humanitarian law, including possible war crimes, cannot and will not be respected as a credible promoter of reforms aimed at building the rule of law across the Russian Federation.

 

E.) Deeply concerned about the continued effects of the so-called "anti-terrorist" crackdown introduced after the tragic events of the Melnikov Theatre hostage crisis of 2002, in particular:

 

*            Pressure on displaced Chechens to return despite serious security risks;

*            Harassment of Chechens living in Moscow following the hostage crisis;

*          Reports of stepped-up military operations in Chechnya;

*            Proposed laws restricting media reporting in Russia;

*            Proposed laws to allow the burial of "unidentified" people considered to be terrorists.

 

 

F. Ask all governments of EU to welcome people from Chechnya  who wish to leave their country and give them asylum.

 

G. Ask all governments of EU to pressure Russian government for free access to Chechnya for humanitarian organisations and media, under the protection of UN.

 

H. (separated vote required by German delegation)

 

Ask all governments of EU to introduce a case to the International Court of Justice  (Den Haag) for war crimes and crimes against humanity in Chechnya.

I.                    Ask all governments of EU to put pressure on the Russian government to open negotiations with Chechen resistance taking into account the Mashkadov plan. »

 

( http://www.eurogreens.org/cms/default/dok/7/7499.calling_for_the_eurussia_summit_to_addre@en.htm )

 

 

 

Nous voudrions pouvoir influer d’avantage. Mais même lorsque notre ministre des affaires étrangères Allemand, Joschka Fischer , s’adresse à Vladimir Poutine, il n’y a pas de résultat.

 

« Gazeta.ru, 13.02.2004 - German Foreign Minister Joschka Fischer on Thursday delivered to Moscow fresh European Union concerns over human rights, democracy, and Chechnya as the bloc prepares to toughen policy towards its neighbour. Fischer met President Vladimir Putin and Foreign Minister Igor Ivanov two weeks before the foreign ministers of 25 current and future EU states are due to review relations with Russia.

 

 On Monday, the EU executive commission issued a statement calling for "policy coherence" over Russia. It emphasised the EU's long-standing concerns over democracy and human rights in Russia, which have been somewhat muted in the past few years. "We talked intensively about the situation in Chechnya," Fischer told a joint news conference with Ivanov. I have pointed out our concern over issues related to observing human rights, transparency and the development of democracy at home." Monday's EU statement appeared aimed at establishing clarity after Italian Prime Minister Silvio Berlusconi, as holder of the rotating EU presidency in November, praised Russia's Chechen policy in contradiction of executive Commission views. »

 

 Voici également un extrait de son adresse le 20 Mars 2002 à la Commissiondes DLH de l’ONU :

 

« The situation in Chechnya is also a source of constant grave concern. Russia continues to define the Chechnya conflict as an "anti-terrorist operation" and as a "domestic matter". After 11 September, Russia called for the recognition of the necessity and appropriateness of Russian action in Chechnya given the links between Chechnya rebels to the Taliban and Osama bin Laden.

 

The Federal Government has never questioned Russia's legitimate right to maintain its territorial integrity. Russia has not only the right but also the duty to defend itself against terrorism. Nevertheless we consider the use of military force against the civilian population to be unacceptable and not compatible with European and international norms.

 

Just recently, serious reports on systematic and grave violations of the human rights of the civilian population have increased on both sides. We expect the Russian and the Chechnya side alike to finally end the massive use of violence, stop the fighting and take visible, energetic steps to push ahead with the search for a political solution. The situation in Chechnya has to remain on the agenda of the Geneva Commission on Human Rights until there is a clear improvement.

 

 (http://www.auswaertiges-amt.de/www/en/archiv_print?archiv_id=2858)

 

 

 Pour le Droit d’Asile, nous nous sommes prononcés comme suit et pour tous 

 

COMMUNIQUÉ À LA PRESSE DU 10 AOÛT 2002

« Droit d’asile : une seule solution, l’harmonisation des politiques en Europe »

 

« Les Verts demandent que soit mise en oeuvre la seule solution politiquement raisonnable : harmoniser les politiques nationales sur le droit d’asile dans toute l’union européenne en respectant complètement ce droit et en ouvrant très largement l’Europe à toux ceux qui sont en danger chez eux quelle qu’en soit la raison. »

 

http://www.lesverts.fr/article.php3?id_article=110

 

 

Les Verts se sont également prononcés sur Poutine en exprimant leur tristesse de le voir élu.

 

« La regrettable élection de Vladimir Poutine »

COMMUNIQUÉ À LA PRESSE DU 27 MARS 2000

(voir :  http://www.lesverts.fr/article.php3?id_article=796  )

 

et avions déjà demandé de

« Suspendre la Russie du Conseil de l’Europe »

COMMUNIQUÉ À LA PRESSE DU 27 JANVIER 2000

 (voir : http://www.lesverts.fr/article.php3?id_article=772 )

 

 

Pour votre information, sachez que les Députés ont besoin de l’existence des Comités de soutien à la Tchétchénie car cela leur permet de s’appuyer sur une opinion publique pour tenter de changer la politique de l’Europe, non seulement dans le domaine des Droits de l’Homme mais aussi sur les objectifs économiques de l’Union Européenne. Vous savez sans doute que l’U.E. ne tient pas encore compte de la limite des ressources en général, et de celles de l’énergie pétrolière et du gaz  en particulier. Le pétrole étant une des causes de la guerre en Tchétchénie et le gaz une des raisons de l’attentisme européen avec la Russie.